En pollen

Parallèlement aux guêpes, je poursuis de mon objectif les abeilles. Un capital sympathie plus élevé que leurs cousines en pyjama jaune et noir, mais plus difficiles à attraper: elles sont extrêmement actives!

Cet été, j’ai réussi à les coincer grâce à des appâts formidables: les fleurs de mon potager. Les plus courues? Celles de courgettes et de potirons, suivies de près par les tournesols. Apis se noie carrément dans leurs pollens; surchargée, elle semble ivre, s’abat parfois sur une feuille durant plusieurs secondes, comme pour digérer; j’en profite.

 

 

Vous me laissez un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.