Ô fourmi, suspends ton vol…

Après la bise, le vent, toujours! Et temps gris.

Hier, sur un talus un peu abrité, je me suis attardée auprès de fourmis sans doute fraîchement écloses, avec des ailes encore, mais qui s’agitaient sur le sol.

 

On la dirait suspendue…
Elle hésite: volera, volera pas? Elle se laissera tomber au sol.
Un temps au bout de la tige… pas d’envol non plus.

Vous me laissez un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.