Goélands: en face

Andalousie. Falaise aux goélands. 

Je suis assise à 80 centimètres du bord, environ; assise, parce que les bourrasques de vent sont par moment si fortes qu’elles me déséquilibrent. Plus près du vide, je réussirais peut-être de meilleures photos, mais cet à-pic est décidément trop vertigineux pour ma tendance au vertige. Et puis, ces falaises peuvent s’écrouler à tout moment, n’est-ce pas?… comme est venu me le rappeler un jour un touriste allemand. Es ist nicht sicherheit! Es ist nicht sicherheit! Verstehen Sie?, a-t-il insisté*, restant prudemment sur le sentier… à 1,50 mètre du bord.

J’ai acquiescé, mais pas bougé. Face aux oiseaux.

Du matériel pour le nid où l’attend sa goélanne… ou dit-on goélande?
Un grand cri. J’ai cru un instant que c’était pour moi… Non, c’était un jour où tous criaient avant de se poser.

* Perturbante, cette mise en garde. « Dis, mon Ange, si tu devais m’avertir d’un danger, tu le ferais en français, s’il te plaît? » 😉

 

 

 

Vous me laissez un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.