Le nectar invisible des guêpes

Les guêpes de l’été passé, je les ai surtout cueillies au creux des feuilles de tournesols. Elles y passaient des heures, à tournicoter non sur les fleurs elles-mêmes pour le pollen, mais sur les tiges, les feuilles, à la recherche d’un nectar invisible (pour moi) que parfois elles trouvaient, restaient immobiles trois secondes… clic! J’ai particulièrement cherché les face-à-face. Mon courage s’enhardit!

 

 

 

Vous me laissez un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.